Mise en pratique de l'ÉPCC dans l'Académie de Créteil
Séminaire du MCLCM
14 décembre 2012 à Paris - Mairie du IV°
 Accueil

Notes sur les débats en cours de rédaction


Intervention de Marc GUILLARD

Principal du collège Monthéty - PONTAULT COMBAULT


" Le collège Monthéty de Pontault Combault est engagé depuis le début de l'année scolaire dans l'EPCC. Voté en Conseil d'Administration, ce dispositif pédagogique ambitieux, engage environ la moitié des enseignants (une vingtaine). Les premières études des résultats du  trimestre montrent une augmentation significative de résultats, même si il faut encore un peu de recul pour évaluer plus finement les effets de l'EPCC. Pour certaines disciplines, la moyenne de la classe gagne  3 points par rapport à une période de référence.
Les professeurs qui utilisent l'EPCC expriment le même sentiment d'une amélioration sensible de l'ambiance au sein de la classe. De nombreux élèves ont repris confiance dans leurs capacités. Les professeurs n'ont plus peur de la trop bonne note. Un enseignant, en conseil de classe, me disait "je n"hésite plus à  mettre 20 car cela veut dire que l'élève a répondu à 100% des attentes des objectifs fixés par l'évaluation". On voit donc que l'EPCC corrige les attendus pervers "universalistes" des "contrôles".  L'EPCC oblige à un recentrage autour des compétences et savoirs des programmes.

Je suis très attentif à l'ambiance dans un collège : si le climat se détend dans la classe, qu'est-ce que cela veut dire ? Les élèves sont sensibles au contrat, au donnant-donnant ? oui ! Les élèves apprécient un professeur qui est guidé par la soif de leur réussite ? Oui !

Mais surtout, voilà que la logique de l'échec scolaire, celui que Bourdieu et Passeron décrivent dans la Reproduction, est atteinte au coeur ! Prendre le temps d'expliquer les attendus de l'évaluation, chercher les MOTS, compréhensibles par la très grande majorité des élèves, cela casse la reproduction. Expliquer concrètement ce que le professeur attend dans la fiche de réussite ou fiche de révision, cela met en confiance l'élève en difficulté mais également ses parents qui ont été aussi, par le passé, en difficulté...

Ce vendredi j'indiquai à Monsieur ANTIBI, qu'avant d'avoir lu ses livres, je pensai que la "Constante macabre" était une référence directe à cette notion de reproduction sociale. Je ne pensai pas qu'il s'agissait de la permanence des 3 groupes de résultats lors des évaluations. Et pourtant, à l'issue des échanges de ce colloque, je pense que je me trompais pas : la sale logique de reproduction sociale est atteinte.

C'est donc le moment de promouvoir cette méthode si humble dans sa présentation mais si révolutionnaire dans sa finalité. C'est maintenant,  car l'école, reflet de la société, est en crise. Dans une communication récente, la Cour des Comptes demande que le collège ne contienne plus de palier d'orientation, suggérant ainsi que c'est au niveau de la classe de seconde que la sélection doit s'effectuer. Si cela se traduit dans les faits, un premier pas important aura été effectué, laissant l'EPCC faire le vrai "job" : participer à la formation, à la réussite du plus grand nombre.

Derrière l'EPCC se cache l'APCC : l'Apprentissage par contrat de confiance. Les professeurs qui ont mis en place le dispositif, adoptent une posture pédagogique, une didactique qui va dans le sens de la bienveillance sans renier les  exigences de l'apprentissage. "

 Accueil